Deco Hotel Casa Murina
maure

Plan du circuit

Plan du circuit

Les mégalithes

Les mégalithes
Visitez les mégalithes de Filitosa, de Cauria et de Palaggio
Ces images pétrifiées, alignées face au ciel, figurent parmi les plus imposantes de toute la Méditerranée Occidentale: elles sont les précieux témoignages de la spiritualité d’un peuple aux origines de la civilisation.

Site Préhistorique de Filitosa

Site Préhistorique de Filitosa
La basse vallée du Taravo où nous sommes, a livré les plus rares témoignages des premiers habitants de l’île, à travers plusieurs sites préhistoriques. Longez la plaine du Taravo en direction de Sollacaro, pour vous rendre au site Préhistorique de Filitosa, situé à 6 kilomètres de Porto-Pollo. Classé Monument historique, il est l’un des plus grands centres de l’art statuaire corse et l’un des plus prodigieux de la Méditerranée. Pour visiter ce site, vous devrez vous acquitter d’un droit d’entrée, lorsque vous arriverez sur place.

De l’histoire de la construction d’une tour à la légende du cimetière des turcs

De l’histoire de la construction d’une tour à la légende du cimetière des turcs
Face à Porto-Pollo en direction du Sud, la Tour de Campomoro conserve le souvenir puissant des raids barbaresques qui se sont échelonnés du 12 au 17 ème siècle. Elle était à cette époque une des rares places défendables de l’île. Son enceinte abrite aujourd’hui une exposition qui relate sa construction et les détails de son architecture, mais aussi l’événement symbole de la saga barbaresque en Méditerranée : le sac de Sartène de 1583. Cet épisode terrible et tous ceux qui le précédèrent sont associés à des légendes qui dans ces temps très
troublés , donnèrent le change aux populations en quête de revanche. Non loin de Tizzano, sur la commune de Sartène, le site préhistorique de Palaggio fut baptisé le Cimetière des Turcs, tandis que le célèbre dolmen du site préhistorique de Cauria avait été nommé « la maison du
diable ». Après la tour de Campomoro, rendez—vous au site préhistorique de Cauria qui est le site le plus représentatif des manifestations du mégalithisme corse.

La tour de Campomoro

La tour de Campomoro
Il a fallu beaucoup de temps pour atteindre le stade approchant de l’édification de la tour de Campomoro, considérée très tôt comme déterminant dans le plan de défense des côtes Sud-Ouest de la Corse. Dès 1573, un texte très important mis en oeuvre à partir de 1575, prévoit la construction des trois tours du littoral sartenais : Campomoro, Tizzano et Roccapina. Cependant une crise secouant Gênes retarde l’entreprise. Les choses évolueront la décennie suivante à travers la véritable prise de conscience que déclenche l’attaque de Sartène de mai 1583. L’oeuvre de Campomoro conditionnera également la construction du fortin de Tizzano en 1598, de Roccapina et de Senetosa en 1609-1610. Aussi, la tour de Campomoro marque une série d’édifications entre Propriano et Ajaccio et paraît avoir décidé les populations des seigneuries à participer aux programmes de construction.

Campomoro et les portraits des tours

Campomoro et les portraits des tours
La période la plus noire de la course musulmane à travers l’île (1570-1620) sera celle de la construction des tours qui seront au nombre d’une centaine à la fin du 16ème siècle. De cette grande entreprise, il reste les dessins ou les portraits comme on les appelait à l’époque, réalisés par un certain Domenico Pelo qu’il serait difficile de qualifier d’architecte, d’ingénieur ou de cartographe. Il fut du reste spécialement chargé par le Sénat et le Gouverneur génois de l’époque de dessiner les côtes du littoral du golfe du Valinco (de Capu di Muro à Campomoro) et celles situées entre Campomoro et Figari.
Il arrive ainsi à Campomoro le jour de la Noël 1585, soit plus de deux ans après le sac de Sartène de mai 1583. Sa mission a pour but de vérifier l’état des travaux de la tour qui étaient déjà en grande partie achevés et avaient démarré quelques mois auparavant. L’arrivée du capitaine Domenico Pelo marque le début d’un long débat qui durera tout l’hiver 1586 : la tour doit-elle comporter un ou deux étages ? Comment aussi construire le ravelin ? Domenico Pelo conserve quant à lui l’idée qu’il faut construire une tour à deux étages, mais la décision du Gouverneur de l’époque sera d’arrêter la construction au premier étage ; cela parce qu’on y voit aussi loin que peut porter l’artillerie.

Campomoro, l’histoire de la construction d’une tour

Campomoro, l’histoire de la construction d’une tour
D’autres problèmes surviennent : de très mauvaises conditions climatiques engendrées par l’âge dit du petit glaciaire où il arriva que les eaux des ports de la Méditerranée soient gelées. De plus la piraterie turque empêche la navigation destinée au transport de la chaux. Aussi, le gouverneur commence à être critique car la largeur des murailles n’a pas été respectée : elle devait comporter 15 palmi pour atteindre 9 palmi à la hauteur du cordon, alors qu’elle mesure 15 palmi de diamètre de bout en bout. Malgré toutes ces difficultés et interrogations, le ravelin est terminé le 5/02/1586, et il ne reste plus qu’à terminer les défenses de la tour et à renforcer
sa couverture pour pouvoir y déposer l’artillerie. Le 11/05/1586, les travaux sont achevés, la tour est livrée fin mai, soit trois ans jour pour jour après le sac de Sartène.
Visitez la tour de Campomoro où vous pourrez découvrir une très belle exposition réalisée par un artiste peintre corse, qui relate toutes les étapes de la construction de la tour ainsi que le terrible sac de Sartène de 1583.

Cauria

Cauria
Cauria est le site le plus représentatif des manifestations du mégalithisme de la Corse. Datant de l’âge du Bronze (soit 2000 à 2500 ans avant l’ère chrétienne), il comporte en effet la majorité des monuments qui caractérisent la période du mégalithisme corse : un dolmen, deux alignements de menhirs, un coffre et plusieurs abris sous roche à vocation d’habitats ou de sépultures.

VISITE EN 4 ETAPES :

1- LE DOMEN
2- L’ALIGNEMENT DE STANTARI
3- L’ALIGNEMENT DE RINAGHIU
4- LA BERGERIE

Plan de la visite de Cauria

Plan de la visite de Cauria
Pour une meilleure perception des monumentset une meilleure entrée en matière, nous vous recommandons de suivre notre plan de visite et non celui indiqué à travers la signalétique présente sur le site. Vous devrez pour ce faire pénétrer à l’intérieur du site par la première barrière que vous rencontrerez sur la droite du chemin en terre que vous avez emprunté après avoir quitté la petite route départementale qui vous a conduit en voiture jusqu’ici.

Cauria, le dolmen

Cauria, le dolmen
En entrant le cirque de parois rocheuses dégage une impression de force et de rudesse. Dans le même temps, le regard est interpellé par quelques formes à peine dissimulées par le maquis : I Stantari au loin (le premier alignement de menhirs), le dolmen de Fontanaccia tout près…
Le Dolmen de Fontanaccia est assurément le plus beau et le mieux préservé que l’on connaisse à travers toute la Corse. Contrairement à la légende que nous avons déjà évoquée, sa fonction d’origine était d’être une tombe collective ou la sépulture d’un personnage illustre qui aurait marqué la communauté d’individus qui a vécu à Cauria dès l’âge du Bronze. Installé sur une plate-forme, il domine les deux alignements de menhirs qui se trouvent en contre bas à travers une relation triangulaire et sacrée. Ainsi, les menhirs placés plus bas protègent le dolmen en lui tournant le dos : ils ont la face au soleil levant, là où la vie surgit et le dos au soleil couchant, à l’endroit où le soleil meurt, où il disparaît dans le monde des morts. Les dolmens sont des sortes de doubles qui marquent la limite entre le monde des morts et des vivants.

Du dolmen à l’alignement de Stantari

Du dolmen à l’alignement de Stantari
Prenez à présent le chemin dont le départ se trouve vers la gauche de la plate-forme où est installé le dolmen. Vous allez dans peu de temps découvrir les alignements de menhirs, et ainsi les diverses significations qu’on leur prête.
Vous remarquerez tout au long de la visite la présence de larges bosquets. Profitez de l’ombrage qu’ils procurent pour vous mettre de temps à autre à l’abri du soleil ou pour faire une pause pique-nique.

Alignement de Stantari

Alignement de Stantari
Les fouilles les plus récentes ont confirmé ce que les archéologues pensaient depuis longtemps : Les deux alignements de Stantari (que vous venez d’atteindre) et de Rinaghiu
(distant de quelques centaines de mètres par rapport au premier), devaient à l’origine ne former qu’un et être aussi sinon plus important que celui de Palaggio.
Plusieurs menhirs ont été déterrés de cette vaste prairie qui constitue l’espace entre les deux alignements de Stantari (qui veut dire pierre) et de Rinaghiu (qui veut dire sable). Ils sont depuis conservés au musée du mégalithisme corse de Sartène.
Comme le montre ces stèles, il existe différentes catégories de menhirs : des menhirs ouvrés, c’est-à-dire des statues-menhirs, ou alors non sculptés (ce sont des simples menhirs), des menhirs anthropomorphes (ou à forme humaine) ou non anthropomorphes, c’est-à-dire de simples monolithes. Les statuesmenhirs peuvent parfois être armées et symboliser ainsi le guerrier : on reconnaît ici la calotte en pointe du soldat et l’épée gravée sur le thorax.

I Stantari, le mythe du guerrier

I Stantari, le mythe du guerrier
AINSI, LA PREMIERE SIGNIFICATION QUE L’ON ATTRIBUE AUX MENHIRS EST CELLE DU GUERRIER. Une sorte de héros, quelqu’un de valeur qui a défendu sa communauté de son vivant, et que l’on a sacralisé de cette manière. Et les différences de façonnements que l’on peut voir d’une statue-menhir à l’autre peuvent provenir de la nature du guerrier que l’on a cherché à représenter. A moins qu’au fil du temps, les différentes tribus qui ont peuplé Cauria aient voulu marquer leur style ou soient parvenu à mieux l’affirmer. A moins encore, que les ouvrages qui existaient au départ aient disparu au fil des âges par l’effet de l’érosion.

Alignement de Rinaghiu

Alignement de Rinaghiu
Vous êtes à présent rendu à Rinaghiu que l’on appelle aussi le bois sacré. Dans cet endroit, des stèles, elles non ouvrées, abritent un coffre que vous arriverez à peine à distinguer. Composé de deux pierres tombales, il représente une autre forme de sépulture probablement
contemporaine à celle du dolmen, mais à celle aussi des taffoni (ou cavités) qui se trouvent dans le chao rocheux.
Ici vous percevez la nature sacrée du lieu vers lequel vous dirige ces deux alignements ou plutôt l’imposant alignement d’origine : une autre forme d’organisation de l’espace issue d’une certaine perception du monde que cultivaient les hommes de cette époque.

Rinaghiu, Autres fonctions des statue-menhirs

Rinaghiu, Autres fonctions des statue-menhirs
Non loin du bois sacré, coule une source que l’on dit avoir toujours existé. Elle rappelle deux autres significations que l’on infère aux menhirs. Les MENHIRS dont ceux qui ont le symbole du phallus, AVAIENT POUR VERTU DE RENDRE LA TERRE FERTILE et de favoriser ainsi l’agriculture, qui à cette époque concernait déjà la culture du blé et d’autres céréales.
Qu’ils se trouvent près ‘un cours d’eau, placés à un col ou à la bordure d’un territoire, LES MENHIRS AVAIENT AUSSI POUR FONCTION DE MARQUER LA LIMITE DE LEUR COMMUNAUTE ET D’INDIQUER DES DIRECTIONS A SUIVRE.

Bergerie

Bergerie
A présent, reprenez la direction du dolmen et en clôturant cette visite, apprenez qu’en plus des différentes sépultures, divers rites funéraires ont coexisté aux mêmes périodes. Ces rites portaient en même temps sur la crémation, sur l’inhumation et sur l’incinération. Ces différences étaientelles les signes de distinctions sociales, ou de grandes tolérances à l’égard des croyances que chaque être humain était en droit d’entretenir dans son passage vers l’au-delà ?
N’oubliez pas de vous arrêter à la bergerie Sampieri avant de quitter lesite préhistorique de Cauria. L’existence de cette bergerie montre quel’occupation du site a toujours perduré à travers les époques. Ce sont lesagriculteurs et les éleveurs qui ont en quelque sorte favoriser la préservationde ce site, et le maintien de son caractère authentique et sauvage.Ce sont eux qui ont tracé tous ces chemins qui conduisent aux différentsmonuments, et qui vous permettent de vous les approprier en les observantselon différents points de vue.
Pour compléter votre connaissance, et si le coeur vous en dit, nous vous suggérons de visiter le Musée du Mégalithisme Corse à Sartène.